Communiqués

Contrôle de la prédation

 
 

 Le préfet autorise le prélèvement de loups dans les Alpes-Maritimes :

Afin de réduire l'exposition des troupeaux à la prédation du loup, le préfet des Alpes-Maritimes autorise, à partir du 1er mai et pour une durée de 2 mois, une opération de tir de prélèvement de loups dans la vallée de la Vésubie dans les communes de BELVEDERE, LA BOLLENE-VESUBIE, LANTOSQUE, LUCERAM, ROQUEBILLIERE, SAINT-MARTIN-VESUBIE et UTELLE, hors de la zone cœur du Parc National du Mercantour, ainsi que dans les Préalpes de Grasse dans les communes de ANDON en partie, CAUSSOLS, CIPIERES, COURMES, COURSEGOULES, GOURDON, LE BAR-SUR-LOUP et SAINT-VALLIER-DE-THIEY.

 La prédation exercée par le loup sur les troupeaux d'ovins s'est accentuée ces derniers mois. Le département est de loin le plus touché par les prédations. Celles-ci ont concerné près de 35% des pertes connues au niveau national en 2014. Depuis le début de l'année 2015, 156 attaques ayant occasionné 510 victimes sont attribuées au loup dans les Alpes-Maritimes.

Ces pertes très importantes mettent en difficulté l’économie pastorale dont le rôle en matière de gestion des espaces naturels et de maintien des paysages est reconnue.

 Les services de l'État, et en particulier l'Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage (ONCFSOffice national de la chasse et de la faune sauvage) se mobilisent avec l'appui des lieutenants de louveterie, des chasseurs et des éleveurs pour défendre les troupeaux contre les attaques de loups et organiser des affûts ou battues sur autorisation du Préfet.

 Les mesures de protection des troupeaux et d'effarouchement du loup ont été mises en œuvre par les éleveurs présents dans les unités pastorales de la zone considérée ou la présence de chiens de protection au sein des troupeaux est généralisée, ainsi que le gardiennage.

 Une opération de tirs de prélèvement de loups (mâle ou femelle, jeune ou adulte), par dérogation au statut de protection de l’espèce et en vue de la protection des troupeaux, est autorisée à partir du 1er mai pour une durée de 2 mois sous la responsabilité du service départemental de l'ONCFSOffice national de la chasse et de la faune sauvage, avec l’aide des Lieutenants de Louveterie des Alpes-Maritimes nommés par arrêté préfectoral et des chasseurs habilités par le Préfet à participer aux opérations de prélèvement de loups.

Ce prélèvement s’intègre dans le quota d’animaux susceptibles d’être prélevés sans nuire au maintien dans un état de conservation favorable des populations de loup au sein de leur aire de répartition naturelle, défini au plan national dans le cadre du plan loup.